Les réseaux sociaux et la santé mentale - font-ils vraiment tant de mal ?


Facebook, Instagram, Twitter, Tik Tok, tout le temps, la plupart d'entre nous restons connectés sur un réseau social. Et, bien sûr, cela a un impact sur notre santé mentale.


Il est temps de discuter de la relation entre les réseaux sociaux et la santé mentale. Il n'est pas exagéré de dire que les réseaux sociaux sont partout. Même les personnes qui utilisent peu ces outils connaissent le pouvoir qu'ils exercent. Et aujourd'hui, de moins en moins de personnes sont en dehors de l'écosystème des réseaux sociaux. Entre 2019 et 2020, on a constaté une augmentation de plus de 2 millions d'utilisateurs de réseaux sociaux en France. Au total, il y a plus de 40 millions de personnes sur les réseaux sociaux - ce qui représente 60% de la population française.


Dans le monde, le chiffre est étonnant : il y a 3,96 milliards d'utilisateurs sur les réseaux sociaux à travers la planète (soit environ 51% de la population mondiale). Et la croissance est également impressionnante. En 2020, plus de 376 millions de personnes ont rejoint les réseaux sociaux. En France, 72,4% des personnes connectées accèdent à Internet quotidiennement. Les français passent près de 2h28 par jour sur internet. Grands vainqueurs de la guerre de l'attention, les réseaux sociaux représentent 32% du temps de surf des internautes. Six Français sur 10 s'y connectent quotidiennement.


La consommation est tirée par les jeunes internautes : les 15-34 ans représentent plus d’un tiers du temps de surf total en France (34,6%), alors qu’ils ne constituent que 23,4% de la population. Ils consacrent en moyenne 3h36 à internet chaque jour, dont 2h57 sur leur smartphone.


Réseaux sociaux et santé mentale

Au vu de ces données, il est important de réfléchir à l'effet que les réseaux sociaux ont sur leurs utilisateurs. En particulier, il est urgent de réfléchir aux impacts des réseaux sociaux sur la santé mentale des personnes. Ceux qui utilisent des applications comme Instagram et Facebook peuvent même constater les effets sur leur propre vie et prendre des mesures à titre individuel. Cette approche est déjà positive, mais elle est encore insuffisante : il faut étudier et mieux comprendre le contexte général.


Les recherches suggèrent que l'utilisation des réseaux sociaux est liée à une série de problèmes de santé mentale. Par exemple, les recherches indiquent qu'il existe une sorte de lien entre l'utilisation des réseaux et les troubles alimentaires. Et ce n'est que le début de la conversation. Les jeunes qui passent plus de temps sur les réseaux sociaux ont plus de chances de se sentir isolés et de s'isoler. Et cela peut avoir un effet en cascade : l'isolement peut accentuer d'autres problèmes de santé mentale et entraîner une détérioration de la situation générale.


Il existe également des liens étroits entre le temps que la personne passe devant les écrans et les symptômes dépressifs. Il est difficile d'indiquer exactement la raison de toutes ces relations négatives avec les réseaux sociaux. Néanmoins, il est possible de faire une étude des aspects de ces outils qui peuvent conduire à ces problèmes.


Les risques des réseaux sociaux

Certains problèmes causés par les habitudes en ligne expliquent un peu cette relation négative entre les réseaux sociaux et la santé mentale:

  • Cyberbulling et harcèlement virtuel

  • FOMO

  • Des attentes irréalistes

  • Image corporelle négative

  • Des habitudes de sommeil malsaines


En réfléchissant à ces aspects, il est facile de voir comment les réseaux sociaux peuvent causer des dommages indirects. Plus vous passez de temps en ligne, plus vous êtes susceptible de subir des attaques virtuelles, surtout chez les jeunes et les adolescents.

De plus, nous sommes constamment bombardés d'images "idéales" par des plateformes comme Facebook et Instagram - ce qui crée des problèmes comme FOMO (ou la peur de perdre une certaine expérience) et crée des attentes irréalistes (tant du point de vue personnel que de la forme physique).


La question du sommeil et des réseaux sociaux est également importante pour évaluer son impact sur la santé mentale. L'une des conclusions de la recherche menée auprès des jeunes est que le problème ne se situe peut-être pas dans le réseau lui-même, mais dans la diminution d'autres activités qui sont positives pour la santé mentale. En d'autres termes : l'utilisation des réseaux sociaux peut se substituer à une bonne nuit de sommeil ou à la pratique d'un sport.


Des points positifs ?

Bien sûr, il n'y a pas que des points négatifs dans les réseaux sociaux. Ils ont facilité la création de communautés et, quelque part, de la socialisation. En outre, il y a eu un changement radical dans notre façon de communiquer, ce qui a donné lieu à de nombreuses initiatives intéressantes et positives. De plus, les possibilités d'apprentissage disponibles non seulement au sein des réseaux, mais aussi sur l'Internet dans son ensemble peuvent également être considérées comme un point de défense très positif des réseaux.


Néanmoins, une enquête menée à Oxford auprès de 12 000 jeunes a souligné que les réseaux sociaux n'ont pratiquement aucun effet sur le bien-être des adolescents. En d'autres termes, malgré les grandes possibilités qu'offrent ces technologies, l'impact positif direct sur la santé mentale des jeunes est assez limité, voire inexistant. Ce sont même les jeunes qui souffrent le plus des effets des réseaux sociaux. En raison de leur sensibilité à la pression sociale et de leur capacité limitée d'autorégulation, les enfants et les adolescents courent le plus grand risque lorsqu'ils naviguent et expérimentent les médias sociaux.


Que faire?

Bien sûr, il est difficile de suggérer que quiconque devrait quitter totalement les réseaux sociaux. Ils sont présents dans notre vie quotidienne et sont souvent même un outil de travail. Malgré cela, certaines mesures peuvent être prises pour minimiser l'impact négatif des réseaux sur nos vies.


  • Limiter quand et où vous utiliserez les réseaux sociaux;

  • Faites attention à ce que vous y faites et à ce que vous ressentez;

  • Pensez aux réseaux sociaux en toute conscience ; demandez-vous "pourquoi" et "pour quoi faire";

  • Ne laissez pas les réseaux sociaux remplacer votre vie réelle ; faites un effort pour rencontrer vos amis en personne au lieu de simplement interagir avec les réseaux;

  • Avoir des périodes de "désintoxication.


La simple diminution du temps passé sur ces réseaux peut avoir un impact significatif, comme le montre une étude. Le simple fait de limiter l'utilisation des réseaux sociaux à 30 minutes par jour entraîne déjà une diminution significative des taux de santé mentale négative.


En étant conscient des habitudes qui entourent les réseaux sociaux, en cherchant toujours à mieux comprendre leurs effets sur notre humeur et notre vie, et surtout en ne renonçant pas aux interactions réelles, il est possible de maintenir une relation saine et durable avec les réseaux - notamment parce qu'il semble qu'ils ne disparaîtront pas de sitôt.












21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

400 Avenue Roumanille

06410 Biot

Nous écrire:

fabrice@qookka.me

  • Gris LinkedIn Icône
  • Facebook
  • Instagram

Si vous êtes en situation de danger pour votre vie, n'utilisez pas ce site. Appelez le SAMU 15 ou le 112 pour une aide immédiate.

Victime de violence conjugale, appelez  le 3919

Vous ressentez des symptômes liés à la Covid19? Faites le test d'orientation.