Les mots sans les maux : vers la communication positive



La communication verbale peut être source de stress ou de réaction émotive négative. Dans le couple, avec son conjoint, son enfant, au bureau avec un collègue... on reproche, on conteste. Cela met l’interlocuteur sur la défensive ; une attitude tout à fait normale, mais pas vraiment constructive !


Le pouvoir des mots

La réprobation paralyse, elle « plombe ». Lors d’un échange avec une personne qui s’exprime en employant des tournures négatives, vous vous sentez abattu, vidé. Elle a déversé sur vous son énergie négative et épuisé toute votre vitalité. La voie vers une communication constructive est brisée. En effet, la façon de s’adresser à l’autre pose ou non l’obstacle d’une communication réussie. Il est plus agréable d’entendre un « c’est bien ! » qui anime tout de suite l’expression d’une impulsion positive, qui encourage, plutôt que le « c’est pas mal ! » qui sous-entend que l’optimisation est possible. Pour pouvoir inverser le processus légitime d’une communication épuisante et stérile, il est vivement conseillé d’employer la communication positive.


Parlez positif !

La communication positive élargit l’échange, elle active un état d’esprit favorable à une interactivité constructive. En adoptant la communication positive, vous mettez votre interlocuteur, professionnel ou privé, dans de bonnes dispositions. Tout comme vous d’ailleurs ! Communiquer de façon positive avec son entourage équivaut implicitement à l’encourager et à lui donner ainsi l’énergie de répondre sur le même niveau positif de langage. Car la communication positive est contagieuse, elle se transmet. Pour appliquer ce principe, il est essentiel de se mettre en condition ; cette étape est déjà un facteur de mieux-être pour celui qui a fait le choix de la pratiquer. Communiquer de façon positive est sans conteste plus léger, on oxygène le dialogue, on l’ouvre, on laisse entrevoir d’autres perspectives. Privilégier la communication positive insuffle de bonnes ondes, qui rebondissent de l’un à l’autre dans un échange fécond. Elle suscite l’amélioration et une relation positive, bienveillante. Parallèlement, votre interlocuteur écoute avec attention, l’ambiance relationnelle s’allège.

Pratiquer cette communication positive, c’est privilégier les aspects favorables, les mettre en avant. Ce sont ceux-là qui vont changer la donne et orienter le dialogue ou l’échange. En communiquant de façon positive, votre interlocuteur est plus réceptif à vos propos, son attention est captée et du même coup, il a le sentiment que vous l’accompagnez, que vous l’encouragez à être meilleur. Et du coup, vous vous sentez aussi drôlement mieux !


Sources :

« Les mots sont des fenêtres (ou des murs) : Introduction à la communication non-violente », Marshall Rosenberg, Ed. Jouvence, 1999.

6 vues0 commentaire