La mélatonine peut-elle être prise tous les soirs ?

Les Français ne dorment pas bien. 1 Français sur 2 rencontre des problèmes de sommeil et dorment moins de 7 heures par nuit, soit la durée minimale recommandée pour une bonne récupération. Et les recherches ont montré que les problèmes de sommeil sont également en augmentation chez les adolescents.



Alors que les causes des troubles du sommeil en France font l'objet d'un débat, il y a peu de désaccord sur sa popularité : On vend chaque année, en France, environ 1,4 million de boîtes de mélatonine présente dans diverses formes de « compléments alimentaires ». Elle peut ainsi être utilisée comme une forme « douce » et « naturelle » non pas de somnifère mais, plus simplement, d’aide à l’endormissement.


Qu'est-ce que la mélatonine ?


La mélatonine est une hormone que les plantes et les animaux, y compris les humains, produisent naturellement. La mélatonine vendue sous forme de pilules en vente libre est synthétique, mais chimiquement, elle est identique à celle que le corps humain fabrique. Elle peut, si elle est utilisée correctement, aider certains dormeurs à problèmes à se coucher la nuit.


Des recherches ont également montré qu'elle peut aider à combattre l'inflammation, à favoriser la perte de poids et peut-être même à aider les enfants souffrant de troubles du développement neurologique. C'est beaucoup dire, même si certaines études confirment les différents bienfaits de cette substance. Une étude de 2011 a montré que, chez les enfants autistes, la supplémentation en mélatonine entraînait un meilleur sommeil et un meilleur comportement pendant la journée. Une petite étude polonaise de 2017 a montré que les adultes obèses qui prenaient quotidiennement un supplément de 10 mg de mélatonine pendant 30 jours tout en suivant un régime alimentaire à teneur réduite en calories ont perdu presque deux fois plus de poids qu'un groupe placebo. La cause sous-jacente pourrait être liée au fait que les mesures sanguines des dommages oxydatifs et de l'inflammation étaient beaucoup plus faibles chez les personnes qui prenaient de la mélatonine.


"Certaines des nouvelles recherches scientifiques montrent que chez les personnes présentant des niveaux d'inflammation plus élevés - ce qui pourrait être dû à l'obésité ou au fait qu'elles se trouvent en [unité de soins intensifs] pour une transplantation - la mélatonine dans la fourchette de 6 à 10 mg peut réduire les marqueurs d'inflammation", explique Helen Burgess, professeur de psychiatrie et co-directrice du laboratoire de recherche sur le sommeil et les maladies circadiennes à l'université du Michigan. Si une personne est en bonne santé, il n'est pas certain que la mélatonine à forte dose ait un effet anti-inflammatoire similaire, ajoute-t-elle. Mais c'est possible.


Burgess est l'un des principaux chercheurs en mélatonine aux Etats-Unis. Selon elle, la vision traditionnelle de la mélatonine est qu'elle joue un rôle dans la régulation des horloges internes jour-nuit du corps, ce qui explique pourquoi elle peut aider les gens à dormir. "Mais il existe une théorie selon laquelle la mélatonine avait à l'origine un rôle d'antioxydant, ce qu'elle fait dans les plantes", dit-elle. Selon cette autre théorie, ce n'est que plus tard dans l'évolution humaine que la mélatonine a joué un rôle secondaire en tant qu'horloge biologique.


L'inflammation, tout comme le manque de sommeil, est impliquée dans le développement ou la progression de toute une série de maladies, des maladies cardiaques et du diabète à la dépression et à la démence. Si la mélatonine pouvait favoriser sans risque un meilleur sommeil et un taux d'inflammation plus faible, elle pourrait être un puissant moyen de prévention pour un grand nombre de ces maladies. Et la mélatonine semble être sans danger, bien qu'il n'y ait pas beaucoup de recherches sur les effets à long terme d'une prise à fortes doses.


Qu'est-ce qu'une dose sûre de mélatonine ?


Selon Michael Grandner, directeur du programme de recherche sur le sommeil et la santé à l'université d'Arizona, "la mélatonine est très sûre si elle est prise à des doses normales", c'est-à-dire entre 0,5 et 5 mg.


Une dose de 0,5 mg peut suffire à la régulation du cycle du sommeil, et doit être prise trois à cinq heures avant le coucher, dit-il. Pour les personnes qui veulent prendre de la mélatonine juste avant de se coucher, une dose de 5 mg est appropriée. "Certaines personnes signalent des maux de tête ou des problèmes d'estomac à des doses plus élevées, mais ces effets secondaires sont peu fréquents", dit-il.


Il y a cependant d'autres préoccupations. "La mélatonine a un dossier de sécurité incroyable, cela ne fait aucun doute", déclare le Dr Mark Moyad, directeur de la médecine préventive et alternative de Jenkins/Pomkempner à l'université du Michigan. "Mais c'est une hormone, et vous ne voulez pas jouer avec les hormones avant de savoir ce qu'elles font".


Les personnes ayant des problèmes médicaux existants devraient discuter de la mélatonine avec leur médecin avant de l'utiliser. Si certaines recherches ont montré que la mélatonine peut aider à traiter l'hyperglycémie chez les diabétiques, par exemple, d'autres études ont montré que, chez les patients diabétiques porteurs de certains traits génétiques, la mélatonine peut interférer avec la régulation du glucose. C'est ce genre de résultats contradictoires qui font réfléchir les experts lorsqu'il s'agit de donner à la mélatonine une approbation totale.


"Mon conseil est de toujours traiter les suppléments comme des médicaments, c'est-à-dire de ne pas prendre de pilule à moins d'en avoir besoin", dit M. Moyad. Il recommande de faire preuve de retenue avec la mélatonine, non pas parce qu'il est prouvé qu'elle est dangereuse, mais en raison de l'absence de preuves montrant qu'elle est sûre à fortes doses sur de longues périodes. La prudence est de mise, en particulier pour les parents qui donnent de la mélatonine à des enfants en bonne santé. La mélatonine semble être sans danger, et elle pourrait apporter toute une série de bienfaits pour la santé. Mais il y a beaucoup d'inconnues.



L'hormone mélatonine sécrétée par la glande pinéale (rouge) la nuit, régule le rythme biologique quotidien de l'organisme en fonction de la luminosité car la lumière régule sa sécrétion par un chemin impliquant le noyau suprachiasmatique (vert), le noyau paraventriculaire (jaune) et les neurones sympathiques préganglioniques.

13 vues0 commentaire

400 Avenue Roumanille

06410 Biot

Nous écrire:

fabrice@qookka.me

  • Gris LinkedIn Icône
  • Facebook
  • Instagram

Si vous êtes en situation de danger pour votre vie, n'utilisez pas ce site. Appelez le SAMU 15 ou le 112 pour une aide immédiate.

Victime de violence conjugale, appelez  le 3919

Vous ressentez des symptômes liés à la Covid19? Faites le test d'orientation.