La déstigmatisation de la santé mentale sur le lieu de travail commence au sommet de la hiérarchie



La santé mentale est un sujet rarement abordé sur le lieu de travail, bien qu'elle ait un impact sur chaque employé.


Cette culture du silence crée un environnement dans lequel le fait de parler ouvertement de ses difficultés personnelles est souvent stigmatisé, honni et considéré comme une faiblesse. Si c'est ainsi que de nombreuses organisations ont choisi de fonctionner, ce n'est ni sain ni bénéfique pour une entreprise ou ses employés.


Souvent, les personnes qui expriment leurs problèmes de santé mentale au travail sont perçues par leurs collègues et leurs supérieurs comme étant "faibles". Être perçu comme un faible dans l'univers des entreprises peut définitivement freiner ou même contourner votre développement personnel. De nombreux lieux de travail encouragent les comportements toxiques et idolâtrent l'idée que le "travailleur qui réussit" ne se fatigue jamais, n'a pas besoin d'équilibre et n'est pas perturbé par les influences extérieures. Les employés qui expriment leurs préoccupations ou qui parlent ouvertement de leurs difficultés sont souvent considérés comme faibles, râleurs ou moins dévoués. Lutter en silence et marcher sur les pieds de ses collègues pour gravir les échelons ont été des éléments essentiels du lieu de travail, mais ils sont destructeurs et toxiques, et ils exacerbent le problème.


Il peut être facile de traiter la santé mentale comme un problème personnel que les employés doivent régler eux-mêmes, mais ce serait une erreur tant sur le plan humain que sur le plan professionnel. Lorsque les employés ne peuvent pas communiquer ouvertement leurs difficultés, ils sont plus susceptibles d'avoir des problèmes au travail. Une mauvaise santé mentale et le stress peuvent affecter les performances professionnelles, la productivité et l'engagement d'un employé.


Des études montrent que plus de 200 millions de journées de travail sont perdues chaque année en raison de problèmes de santé mentale. Pourtant, le sujet reste tabou, puisque près de 60 % des employés déclarent n'avoir jamais parlé de leur état de santé mentale à quiconque au travail. Une étude récente a révélé que seuls 38 % des employés ont déclaré que les dirigeants prenaient des mesures proactives pour créer une culture d'entreprise saine, et que seuls 28 % étaient d'accord pour dire que leurs dirigeants étaient prêts à avoir des conversations difficiles. Le même rapport indique que près d'un travailleur américain sur cinq a quitté son emploi au cours des cinq dernières années en raison d'une mauvaise culture d'entreprise, ce qui a coûté environ 223 milliards de dollars aux entreprises pendant la même période. Il est essentiel de déstigmatiser les conversations sur la santé mentale et de créer des lignes de dialogue ouvertes. Toute entreprise qui cherche à créer un environnement de travail stimulant et propice doit prendre ces questions au sérieux.


Les entreprises doivent créer un environnement qui normalise les conversations ouvertes sur la santé mentale. Cela doit commencer au sommet, les dirigeants devant faire le premier pas en étant transparents et honnêtes sur leurs propres difficultés. Si les dirigeants n'adoptent pas ce comportement, les employés risquent de cacher leurs propres problèmes afin d'imiter leurs supérieurs. Diriger avec empathie et écouter lorsque les employés souffrent est essentiel pour créer des changements dans la culture d'une entreprise. Ce seul changement peut avoir un impact sur la façon dont la santé mentale est perçue et traitée sur le lieu de travail.


Selon une étude de Teladoc Health, 45 % des employés ont déclaré qu'ils seraient plus enclins à demander un soutien en matière de santé mentale si les conversations sur le sujet étaient plus ouvertes sur leur lieu de travail. S'ils sont à l'aise, les cadres devraient montrer l'exemple et parler de leurs propres difficultés. En vous humanisant, vous montrez aux employés qu'ils ne sont pas seuls et que d'autres ont traversé des difficultés similaires. Cela contribue grandement à éliminer la honte. Grâce à une communication transparente et honnête, les employés qui ne se sentent pas à l'aise avec la santé mentale peuvent se voir à travers les expériences des autres, ce qui peut être réconfortant et apaisant.


Avec le stress supplémentaire de la pandémie, le taux d'anxiété modérée à sévère est monté en flèche, huit personnes sur dix présentant des symptômes, selon une étude. Il s'agit d'un problème permanent qui ne disparaîtra pas simplement parce que les gens ferment les yeux. Des mesures doivent être prises afin de créer un environnement de travail plus sain. Une vue d'ensemble du fonctionnement actuel de l'entreprise peut aider à identifier le problème qui la tourmente. Qu'il s'agisse de créer des lignes de communication plus ouvertes ou de prendre les mesures nécessaires pour parler de sujets inconfortables, les entreprises américaines ne doivent pas maintenir le statu quo.


Donner la priorité à la santé mentale est une question d'affaires, pas seulement une question humaine. Cette approche contribuera grandement à aider les employés à avoir des relations plus saines, à moins lutter et à créer un impact positif sur votre entreprise dans son ensemble.


7 vues0 commentaire