Comprendre le suicide


La discussion sur le suicide n'est pas si présente dans nos vies. Il y a de nombreuses raisons à cela. Une des raisons de ce silence est la peur ou la croyance qu'en en parlant, nous pouvons stimuler les gens à essayer de s'ôter la vie. Mais lorsqu'il est fait de manière efficace, c'est tout le contraire.


Il est sain et efficace de favoriser les discussions, d'informer, d'accueillir et de promouvoir un espace sûr, afin que ces personnes, qui vivent une souffrance si intense, aient le sentiment de ne pas être seules. Ils finissent ainsi par trouver dans ces espaces sécurité, accueil et empathie.


Ce n'est pas de la faiblesse

Nous sommes confrontés quotidiennement à un manque de compréhension en matière de santé mentale, d'anxiété et de dépression. La souffrance psychique et le suicide sont considérés comme des tabous, un sujet interdit qui traverse les croyances religieuses et sociales.


Nous devons nous libérer de ces croyances et tabous et parler ouvertement de ce sujet, afin de savoir comment faire face à la situation, si cela devait nous arriver ou arriver à un de nos proches.


Il existe plusieurs raisons pour lesquelles une personne se suicide. Tous les cas ne sont pas liés à la maladie mentale. Dans certaines situations, ces personnes traversent un moment critique et considèrent qu'il n'y a pas moyen de s'en sortir.


Lorsque nous parlons de suicide, nous pensons à un phénomène complexe, qui implique plusieurs causes et affecte non seulement la personne qui souffre, mais aussi sa famille et sa communauté.


La difficulté d'en parler empêche ces personnes, que l'on appelle des survivants, de chercher de l'aide par honte, par préjugés et par peur d'être jugées.


Certaines phrases comme "Celui qui parle trop ne le fait pas", "Il ne fait qu'attirer l'attention" finissent par enlever de la visibilité et disqualifier la douleur de la personne qui souffre.


Comment aider et que faire ?

La première étape est de comprendre qu'il s'agit d'un moment très difficile, délicat et compliqué, MAIS il y a une issue.


Si la personne est accueillie, comprise et regardée avec respect, affection et prudence, elle peut commencer à voir d'autres possibilités. Il est important de tracer de nouvelles voies et de s'écarter de la seule issue que voit la personne.


L'important n'est pas toujours de savoir quoi dire, mais de savoir écouter. Lorsque l'autre se sent compris, il cherche ce lieu de compréhension à d'autres moments, construisant ainsi un réseau de prévention et de soutien.


Si vous n'êtes pas à l'aise pour écouter, parce qu'il n'est pas toujours facile de gérer la douleur des autres, indiquez les lieux ou les services qui peuvent aider ces personnes.


Il existe de nombreux centres et lignes d'écoute pour la prévention du suicide. En complément de l’aide médicale, vous pouvez contacter les associations qui proposent un soutien aux personnes déprimées ou confrontées à des idées de suicide. Tous ces services d’écoute sont anonymes et gratuits.


SOS Amitié Service d’écoute bienveillant, gratuit, anonyme et confidentiel destiné à ceux qui, à un moment de leur vie, traversent une période difficile. Permanence d’écoute téléphonique 24h/24 et 7j/7. Tél. 09 72 39 40 50 Tél. 01 46 21 46 46 (english) Tchat du lundi au dimanche de 13h à 3h du matin. Service gratuit d’écoute par messagerie électronique.


Fil Santé Jeunes Service d’écoute anonyme et gratuit pour les 12-25 sur les thèmes de la santé, de la sexualité, de l’amour, du mal être, etc. Permanence d’écoute téléphonique tous les jours de 9h à 23h. Tél. 0 800 235 236 Tchat individuel ouvert tous les jours de 9 h à 22h.


Suicide Écoute Écoute anonyme des personnes confrontées au suicide. Permanence d’écoute téléphonique 24h/24 et 7j/7. Tél. 01 45 39 40 00


SOS Suicide Phénix Accueil et écoute anonyme de toute personne confrontée à la problématique du suicide. Permanence d’écoute téléphonique de 13h à 23h. Tél. 01 40 44 46 45 Permanence d’écoute par messagerie sur le site de l’association.


Phare Enfants-Parents Espace d’accueil et d’écoute contre le mal-être et la prévention du suicide des jeunes s’adressant aux parents et eux jeunes. Permanence d’écoute téléphonique du lundi au vendredi de 10h à 17h. Tél. 01 43 46 00 62 Permanence d’écoute par messagerie sur le site de l’association.


En cas de risque de suicide avéré et imminent, il faut appeler le 15 ou le 112 (numéro européen)

3 vues0 commentaire

400 Avenue Roumanille

06410 Biot

Nous écrire:

fabrice@qookka.me

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
  • Instagram

Si vous êtes en situation de danger pour votre vie, n'utilisez pas ce site. Appelez le SAMU 15 ou le 112 pour une aide immédiate.

Victime de violence conjugale, appelez  le 3919

Vous ressentez des symptômes liés à la Covid19? Faites le test d'orientation.