Comment lutter contre la solitude?


Dans un monde hyperconnecté, beaucoup de gens continuent de souffrir de solitude. Ce n’est ni une honte, ni une fatalité.


De quoi parlons-nous?

Avoir des contacts sociaux est un besoin humain fondamental. Mais tout le monde ne le ressent pas avec la même intensité. Certaines personnes trouvent dans la solitude une occasion de se ressourcer; d’autres sont d’un naturel réservé. C’est seulement lorsque la solitude n’est pas souhaitée, mais subie, qu’elle peut avoir de sérieuses conséquences sur la santé et le bien-être des individus.

« L’isolement social est la situation dans laquelle se trouve la personne qui, du fait de relations durablement insuffisantes dans leur nombre ou leur qualité, est en situation de souffrance et de danger. Les relations d’une qualité insuffisante sont celles qui produisent un déni de reconnaissance, un déficit de sécurité et une participation empêchée. Le risque de cette situation tient au fait que l’isolement prive de certaines ressources impératives pour se constituer en tant que personne et accéder aux soins élémentaires et à la vie sociale. » C’est la définition proposée par le Conseil Economique, Social et Environnemental dans son ‘avis Combattre l’isolement social pour plus de cohésion et de fraternité.

Quels sont les enjeux?

Il ne faut pas confondre le sentiment de solitude, qui résulte d’une perception subjective (on peut très bien se sentir seul au milieu d’une foule!) avec la solitude à proprement parler, qui correspond à un isolement social plus ou moins pénible à vivre.

En l’occurrence, le sentiment de solitude est largement partagé dans la population et atteint toutes les classes sociales et classes d'âge. Il touche, selon une étude 7 millions de personnes, soit 14% des Français.


Les personnes âgées représentent la tranche d’âge la plus touchée par l’isolement 1 personne âgée sur 3 est en situation d’isolement. Un tiers d’entre eux n’ont que les relations de voisinage comme réseau de sociabilité, un réseau qui a tendance à s’affaiblir.

51 % des personnes isolées en situation de handicap ou souffrant d’une maladie chronique limitent certains contacts avec leurs proches par crainte d’être un poids pour eux (contre 27 % de l’ensemble de la population – chiffre 2018).

Jusque-là relativement épargnés, 13 % des jeunes sont aujourd’hui touchés par l’isolement, soit presqu’autant que l’ensemble de la population (14 %). Ils n’étaient que 2 % en 2010. Cette hausse s’explique en partie par la paupérisation croissante des jeunes - les 18-29 ans constituent la classe d’âge la plus pauvre. Entre 2016 et 2020, la part de personnes disposant de hauts revenus en situation d’isolement passe de 6 % à 11 %, rejoignant ainsi le taux des classes moyennes supérieures.


En 2020, 22 % des Français sont dans une situation relationnelle « fragile »,c’est-à-dire qu’ils n’entretiennent de relations soutenues qu’avec un seul réseau, proportion semblable à celle de 2010. Un seul réseau les sépare donc de l’isolement, et celui-ci peut disparaître suite à un accident de la vie (décès, divorce, licenciement, maladie..).

La solitude, lorsqu’elle mène à l’isolement social, a ceci de malsain qu’elle nous empêche de bénéficier du regard des autres pour avancer dans la compréhension de nous-mêmes. Le risque, en étant privé de ce feedback, est de s’enferrer dans un discours intérieur qui est d’autant moins susceptible de varier que personne ne vient le contredire. Il est certes agréable d’avoir toujours raison, mais à quoi bon s’il n’y a pas d’échange ? La solitude peut aussi contribuer à alimenter une dévalorisation de soi («si personne ne s’intéresse à moi, c’est que je ne suis pas digne d’intérêt») ou un désenchantement («le monde est ingrat»), voire les deux. Enfin, on ne compte plus les études épidémiologiques à vaste échelle qui ont démontré que la solitude est l’un des principaux facteurs de dépression et de mortalité.

Que faire?

Pour avoir des amis, il est bien de commencer par se persuader qu’on mérite d’être aimé. Bien souvent, la solitude génère des pensées culpabilisantes et dévalorisantes. Or, les gens qui ont de l’estime pour eux-mêmes sont plus susceptibles d’attirer les sympathies. Qui voudrait avoir pour ami quelqu’un qui ne s’accepte pas tel qu’il est? La façon dont on se présente aux autres a des conséquences: les personnes qui se vantent, ou qui se plaignent d’emblée de leurs problèmes, sont rarement perçues comme aimables… Les réseaux sociaux offrent des opportunités qui peuvent s’avérer intéressantes, même s’ils sont parfois considérés comme une solution de facilité. Les relations virtuelles ne sont pas forcément aussi artificielles ou superficielles qu’on ne le dit. La Croix-Rouge recommande d’ailleurs aux personnes âgées de s’initier aux nouvelles technologies de communication et en particulier internet pour éviter l’isolement. À noter que cette organisation propose un service gratuit de visite à domicile pour les personnes qui se sentent seules.

Quelques conseils

  • Ne pas se sentir coupable d’être seul. Ce n’est pas une honte!

  • Se traiter soi-même avec respect: ce n’est pas parce qu’on souffre de solitude qu’il faut se négliger.

  • Chercher de l’aide.

  • Se demander à quel point la solitude nous pèse: cette question permet de déterminer notre motivation à changer quelque chose dans votre vie.

  • Prendre des mesures pour rencontrer des gens (p.ex. recontacter d’anciens amis, rejoindre un club de sport, s’inscrire à des cours, adhérer à une association bénévole, etc.).

  • S’encourager: l’expérience montre qu’il faut souvent multiplier les initiatives pour se faire des amis.

Les plateformes d'écoute

S.O.S Amitié est un service d'écoute par téléphone, messagerie et chat, destiné à accueillir la parole de celles et ceux qui, à un moment de leur vie, traversent une période difficile.

Solitud’ écoute 0800 47 47 88, numéro vert est une action spécifique mise en place en 2007 par des petits frères des Pauvres, qui permet de lutter contre le sentiment de solitude des personnes isolées grâce à une écoute téléphonique bienveillante et confidentielle sans barrière géographique.

Maltraitance Personnes Agées, maltraitance Personnes Handicapées au 3977 est destiné : aux personnes âgées et aux personnes handicapées, victimes de maltraitances ; aux témoins de situations de maltraitance, entourage privé et professionnel ; aux personnes prenant soin d’une personne âgée ou handicapée et ayant des difficultés dans l’aide apportée.

Au bout du fil appelle gratuitement toute personne qui en fait sincèrement la demande et lui offre chaque semaine, une conversation chaleureuse.

Croix-Rouge Ecoute, tél. 0800 858 858 s’inscrit dans un travail de prévention et de promotion de la santé dans sa globalité, en cohérence avec nos actions de lutte contre toutes les exclusions.


2 vues0 commentaire