Comment améliorer la santé mentale sur votre lieu de travail



Les employeurs doivent faire savoir à leurs employés que la santé mentale est une priorité et faire en sorte qu'ils se sentent en sécurité pour en discuter, affirment les experts.


En fin de compte, la pandémie de COVID-19 - qui a ajouté un stress énorme à nos vies - pourrait entraîner une plus grande sensibilisation à l'importance des soins de santé mentale, selon les experts.


"Tout le monde est beaucoup plus ouvert au sujet de la santé mentale en général", déclare le Docteur Elisabeth Pakin, psychiatre à Qookka. "Nous avons constaté que [les travailleurs] ont beaucoup moins à convaincre les gens de l'importance de la santé mentale au travail."


Voici quelques mesures que les employeurs et les employés peuvent prendre pour renforcer le soutien à la santé mentale au travail.


Que peuvent faire les employeurs pour soutenir la santé mentale en milieu de travail ?


S'auto-évaluer

La mesure la plus importante à prendre par les employeurs est d'évaluer honnêtement la façon dont ils gèrent et traitent leurs employés.


Les outils de pleine conscience et les programmes de conditionnement physique sont "formidables", dit Elisabeth, mais si les dirigeants d'entreprise "comprennent comment traiter les employés et comment faire preuve de grâce en période de stress, je pense que c'est là qu'ils auront le plus d'impact".


Les enquêtes anonymes sur l'engagement des employés peuvent être un bon moyen pour les organisations d'obtenir un retour d'information, mais elles peuvent ne pas fonctionner si la culture est particulièrement toxique. Dans ce cas, faire appel à une tierce partie pour organiser des groupes de discussion anonymes peut aider les employés à se sentir plus à l'aise pour s'exprimer, explique Elisabeth.


Les enquêtes devraient poser aux employés des questions telles que "Avez-vous l'impression que la répartition du travail est équitable ?" et "Avez-vous l'impression de comprendre ce qu'on vous demande de faire ?".


En plus des sondages, les employeurs devraient garder un œil sur les tendances au fil du temps en surveillant des données telles que les absences des travailleurs pour des raisons de santé mentale et l'utilisation du programme d'aide aux employés.


Invitez à des conversations ouvertes

Les employeurs devraient faire savoir à leurs travailleurs que la santé mentale est une priorité et s'informer de leurs besoins, tant en groupe que lors de rencontres individuelles.


Pour créer un environnement propice à l'ouverture du travailleur, les employeurs peuvent commencer par poser la question suivante : "Comment allez-vous vraiment ?".


Si les employés ne semblent pas à l'aise pour discuter des problèmes de santé mentale au travail avec leur employeur, il peut être utile de demander l'aide d'accompagnateurs professionnels du bien-être au travail, extérieurs à l'organisation.


N'oubliez pas qu'en vertu de la loi, les travailleurs ne sont généralement pas obligés de partager leurs renseignements médicaux - qui comprennent les renseignements sur la santé mentale - avec leur employeur. La loi limite également les circonstances dans lesquelles les employeurs sont autorisés à poser des questions sur la santé mentale de leurs employés, et elle interdit toute discrimination à l'encontre d'un travailleur simplement en raison de son état de santé mentale.


Renseignez-vous sur les ressources, car vous seriez surpris de constater à quel point les gens sont mal informés sur les avantages disponibles au sein de l'entreprise.


Rassurez les employés en leur disant qu'ils peuvent accepter de l'aide en toute sécurité

De nombreux employeurs qui offrent des programmes de santé mentale sont confrontés au "problème du dernier kilomètre", c'est-à-dire que vous apportez un outil aux membres de l'équipe mais qu'ils ne l'utilisent pas parce qu'ils ont peur d'être découverts ou qu'en l'utilisant, quelqu'un le découvre et leur emploi est menacé.


Pour remédier à ce problème, les experts suggèrent aux employeurs de parler de leurs propres luttes contre la santé mentale afin de normaliser la conversation. "Lorsque les employés ont des leaders qui parlent de leurs propres expériences ou de celles de leur famille," dit Elisabeth, cela "contribue à réduire la stigmatisation."


Parler du stress de la pandémie de COVID-19 est une bonne occasion. Nous avons tous vécu la pandémie mondiale. Les managers ont l'occasion de commencer à parler très ouvertement et authentiquement de la lutte qu'ils ont menée.


Pour dissiper les craintes d'une éventuelle discrimination, les employeurs peuvent dire qu'ils n'utiliseront pas contre eux la connaissance de l'état de santé mentale d'un travailleur - que cette information n'entrera pas en ligne de compte dans les décisions relatives aux affectations, aux promotions ou aux licenciements - et s'assurer ensuite de tenir parole.


Permettez la flexibilité des horaires et comprenez les différents styles de travail

La flexibilité des horaires de travail peut être un moyen peu coûteux pour les employeurs de soutenir la santé mentale de leurs employés. Donner aux gens la flexibilité, l'autonomie et le contrôle de leurs propres horaires peut avoir un impact énorme.


Cela ne nécessite pas un grand changement dans la politique de l'entreprise. Il suffit de permettre à vos employés de prendre une heure ici et là, s'ils en ont besoin, tant que le travail est fait.


En même temps, il est important de ne pas surcharger ceux qui souhaitent respecter un horaire strict de 9 à 5, ou d'autres horaires préétablis, et laisser leurs matinées et leurs soirées libres de travail. Ce sont eux qui seront le plus affectés du point de vue de la santé mentale s'ils reçoivent des courriels à 20 ou 22 heures.


Les gestionnaires doivent éviter d'envoyer des messages ou des courriels tard dans la soirée; ils peuvent plutôt prévoir l'envoi des messages pendant les heures normales de travail.


Offrez un soutien financier si possible

Chacun devrait reconnaître les conséquences économiques du COVID, en particulier pour les femmes sur le lieu de travail. Les employeurs peuvent offrir des services de garde d'enfants gratuits pour alléger le fardeau et le stress des parents qui travaillent, par exemple.


En outre, les employeurs qui ont garanti à leurs employés que personne ne serait licencié pendant la pandémie ont apporté une aide considérable.


Privilégier la durabilité

Une fois que les employeurs commencent à offrir un soutien renforcé en matière de santé mentale, assurez-vous qu'il ne disparaît pas avec le temps. Les dirigeants d'entreprise doivent s'assurer que cela fait partie de leur budget global à l'avenir.


"La pire chose que vous puissiez faire avec quelqu'un, surtout dans le domaine de la santé mentale, c'est de commencer le voyage pour les laisser s'ouvrir, puis de le fermer à cause du financement", dit Elisabeth.


Comment les travailleurs peuvent-ils plaider pour un meilleur soutien en matière de santé mentale sur le lieu de travail ?


S'organiser avec des collègues de travail qui partagent vos préoccupations est une bonne première étape, disent les experts.


"Nous avons vu des exemples de différents employés qui se rassemblent et créent des groupes de ressources pour employés autour de la santé mentale", explique Elisabeth. "Des groupes d'employés ayant des besoins en matière de santé mentale se réunissent régulièrement et parlent de leurs expériences", ainsi que des recommandations à l'intention des dirigeants de l'entreprise.


La rencontre avec les collègues n'a pas besoin d'être un processus formel. Par exemple, les équipes prennent des pauses café ensemble autour de Zoom pour discuter des difficultés rencontrées sur le lieu de travail.


Lorsqu'ils demandent à la direction de renforcer le soutien en matière de santé mentale, il est utile que les employés tiennent compte des priorités de leurs supérieurs. Envoyez un rapport qui parle le langage de la direction.


Par exemple, si la direction se préoccupe surtout des finances de l'organisation, les employés devraient envisager de faire valoir que l'investissement dans la santé mentale des employés permettra d'économiser de l'argent.


Elisabeth recommande aux travailleurs d'expliquer leur demande d'un meilleur soutien en matière de santé mentale dans une lettre et de demander une réponse dans un délai précis.


Pour atténuer l'anxiété liée à l'approche de la direction, Elisabeth suggère aux employés de se concentrer sur l'universalité des problèmes de santé mentale. "Tout le monde a quelqu'un dans sa vie qui a eu des problèmes de santé mentale, dit-elle, y compris les gestionnaires.


Et vous, qu'en pensez-vous? Quelles mesures souhaiteriez voir se mettre en place dans l'entreprise?

5 vues0 commentaire