Burnout : tout savoir sur la maladie



Selon le philosophe coréen Byung-Chul Han, nous vivons dans une société fatiguée. Nous absorbons sans cesse une immense quantité d'informations, nous sommes poussés à une productivité élevée et les réseaux sociaux nous placent devant la dictature du bonheur et de la positivité.


Nous devons toujours être forts, productifs, heureux et beaux. Seulement, ce n'est pas réel, n'est-ce pas ? La vie est également faite de jours difficiles, improductifs et fragiles. Dans ce scénario, la pression sur les organisations et le rythme de travail a beaucoup augmenté. La crise économique est également synonyme d'insécurité et de manque de stabilité. Il en résulte que nous éprouvons des sentiments d'épuisement, de stress et de souffrance psychologique dans le monde du travail.

Qu'est-ce que le syndrome d'épuisement professionnel ?

Traduction de l'anglais, burn signifie brûler et out signifie sortir. L'image est celle d'une cocotte-minute sur le point d'exploser. Les symptômes impliquent :

  • Nervosité

  • Dépression

  • Insomnie

  • Fatigue physique et mentale excessives

  • Problèmes physiques tels que douleurs d'estomac et vertiges


En outre, il peut y avoir des sentiments d'échec, d'insécurité, de défaite, de désespoir et de négativité.


Quand l'épuisement professionnel peut-il se produire ?

Tout d'abord, le syndrome de Burnout est lié à des situations stressantes de grande pression, de compétitivité et de responsabilité dans l'environnement de travail. Selon une enquête récente, 48% des Français qui sont sur le marché du travail se disent stressés et 24% sont en état d’hyperstress, considéré dangereux pour la santé. 18% des salariés affirment avoir été victimes d’un burn-out (syndrome d’épuisement professionnel).

En raison de la crise actuelle mais aussi de la culture liée à la forte productivité des entreprises, les gens finissent souvent par négliger les symptômes et mettent beaucoup de temps à chercher de l'aide, ce qui finit par intensifier le tableau et augmenter encore plus le sentiment de "cocotte-minute".

Comment puis-je savoir si cela m'arrive ?

Il est important de prêter attention aux symptômes signalés ci-dessus, qui peuvent commencer légèrement puis s'intensifier. Penser que c'est "insignifiant" ou que c'est quelque chose de passager, peut aggraver le tableau et avoir des conséquences telles que le manque total de motivation, la dépression et les troubles gastro-intestinaux. L'idéal est de demander une aide professionnelle dès que vous remarquez les premiers signes.


Selon la sévérité du syndrome, un arrêt maladie de deux à trois mois peut être nécessaire.

Une prise en charge en psychothérapie (par exemple, de type thérapie comportementale et cognitive) associée à un antidépresseur est recommandée (source ministère du Travail).

Comment puis-je me prévenir ?

Soyez attentif à vos conditions de travail et à votre mode de vie et apportez des changements en vue d'un meilleur équilibre, pratiquez régulièrement des activités physiques, faites des exercices de relaxation, soyez en famille et avec vos amis et reposez-vous chaque fois que cela est possible.



8 vues0 commentaire

400 Avenue Roumanille

06410 Biot

Nous écrire:

fabrice@qookka.me

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
  • Instagram

Si vous êtes en situation de danger pour votre vie, n'utilisez pas ce site. Appelez le SAMU 15 ou le 112 pour une aide immédiate.

Victime de violence conjugale, appelez  le 3919

Vous ressentez des symptômes liés à la Covid19? Faites le test d'orientation.