4 conseils pour une communication non violente



Au départ, la communication non violente est une approche qui stimule la compassion et l'empathie dans les relations et qui a été développée par le psychologue Marshall Rosenberg dans les années 1960.


Au début, les techniques qu'il a créées ont été mises en œuvre dans les écoles pour résoudre les conflits entre l'équipe de professionnels ainsi que les enseignants et les étudiants. 


Rosenberg s'est rendu compte qu'une communication inefficace, pleine de jugements et de notes, provoquait un malaise, stimulait l'autodéfense et le manque de connexion entre les gens. 


D'autre part, le psychologue Marshall Rosenberg, a compris qu'adopter une posture pacifique face aux conflits pouvait favoriser une meilleure intégration et une meilleure coexistence. 


Ainsi, dans nos relations, nous avons connu une série de conflits et de difficultés de communication, qui ne pouvaient être évités qu'en changeant notre façon de parler.


La proposition de communication non violente (CNV) vise à apporter plus d'honnêteté dans notre façon de nous exprimer. Il ne s'agit donc pas seulement du contenu de l'information, mais aussi de la manière dont elle est transmise.


Il y a quatre éléments essentiels à une communication plus efficace :


1. Observation

Que se passe-t-il ? Quelles sont les informations que je reçois (événements récurrents ou déclarations récurrentes qui me dérangent - par exemple : mon enfant laisse des chaussettes partout dans la maison)


2. Sentiment

Qu'est-ce que j'en pense? Il est important de comprendre nos sentiments avant de les exprimer. (Ex : les chaussettes éparpillées me font sentir dépassé par le fait de devoir organiser la maison plusieurs fois)


3. Besoin

Quels sont les besoins suscités par ce sentiment ? Ce dont j'ai besoin pour améliorer ce sentiment, ou pour résoudre la situation. (Par exemple : ce serait bien que mon fils ramasse ses chaussettes, je me sentirais mieux et plus respecté)


4. Demande

Demandez précisément ce dont vous ressentez le besoin. Il est donc important d'éviter les expressions vagues à ce stade. Dans ce cas, la communication serait :

- Fils, j'ai vu plusieurs de tes chaussettes dans la maison, ça me fait me sentir débordé et irrespecté, de devoir m'organiser plusieurs fois. Tu peux les ramasser et les mettre dans le panier, s'il te plaît.


De même, lorsque nous communiquons de manière affirmée et sans sentiment de culpabilité, nous pouvons créer des relations plus saines avec nous-mêmes et les personnes qui nous entourent.


Pour ce faire, nous devons être conscients de nos besoins et de nos émotions, en améliorant nos relations et notre découverte de soi afin de pouvoir exprimer nos demandes plus clairement et plus fidèlement.


Par-dessus tout, la communication non violente encourage ensuite un processus d'éducation émotionnelle, où nous prenons soin de nos sentiments et de nos émotions afin de ne pas tenir les autres pour responsables de ce qui nous appartient.


En bref, ces techniques peuvent être utilisées dans toutes les relations de notre vie, en donnant la priorité au renforcement des liens et à la continuité des bonnes relations. Et si on expérimentait ?

13 vues0 commentaire

400 Avenue Roumanille

06410 Biot

Nous écrire:

fabrice@qookka.me

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
  • Instagram

Si vous êtes en situation de danger pour votre vie, n'utilisez pas ce site. Appelez le SAMU 15 ou le 112 pour une aide immédiate.

Victime de violence conjugale, appelez  le 3919

Vous ressentez des symptômes liés à la Covid19? Faites le test d'orientation.